Introduction
Bus, piétons, vélos, bouchons, avouons-le, la conduite en ville n’est pas de tout repos. Anxiogène pour certains en raison de l’intensité du trafic, elle regorge de dangers cachés. Petite piqûre de rappel avant de prendre le volant.
Conduite en ville : attention aux dangers

En 2016, la mortalité piétonne a augmenté de plus de 19%. Dans la majeure partie des cas, ces accidents se sont produits en ville. Des données qui alertent sur la conduite en agglomération. Si la vitesse est moins élevée en ville, elle n’en reste pas moins dangereuse en raison des nombreux obstacles qu’il n’est pas toujours possible d’éviter, même à 50km/h.

Les piétons

Particulièrement vulnérables, ils sont, avec les cyclistes, les principales victimes en cas de collision en ville. Les seniors sont d’autant plus concernés. En 2016, plus de la moitié des piétons tués était âgée de plus de 65 ans. 

Il est donc essentiel de respecter la vitesse en zone urbaine. Dans les secteurs plus à risques comme les rues étroites ou lorsque des obstacles bouchent la vue, il faut lever le pied. C’est encore le meilleur moyen de réagir à temps si un piéton surgit. 

Un quart des accidents de piétons est lié à un manque de visibilité. Les bus ou les camions, les voitures stationnées ou les intersections, autant de situations qui peuvent cacher un piéton. Il faut éviter de raser ces obstacles et se décaler un peu sur la gauche pour dégager un angle de vision si cela est possible.

Un véhicule qui s’arrête sur la file d’à côté ou devant soi le fait pour une raison bien précise. Cela peut être pour laisser tout simplement passer un autre usager ou un piéton. C’est pour cela qu’il ne faut jamais forcer le passage et toujours vérifier que la zone est dégagée avant de repartir.

D’ailleurs, en agglomération, les conducteurs doivent obligatoirement céder le passage aux piétons s’ils sont engagés sur la chaussée. Cette priorité aux piétons a été instaurée en 2008 dans le cadre du “code de la rue”. De même, dans les zones de rencontre ou les zones 30 les véhicules n’ont pas la priorité.

Les piétons sont d’autant plus vulnérables qu’ils ne sont pas toujours attentifs, de plus en plus distraits par les smartphones. Il est donc primordial de ralentir. En ville, rouler à 60km/h, c’est parfois tentant, mais ce n’est pas si anodin. Un piéton à 95% de chance de survivre à un accident si le véhicule roule à 30 km/h, 53% à 50 km/h et seulement 20% à 60 km/h.

Les cyclistes

Sur le seul mois de juin 2017, le nombre de cyclistes tués sur les routes a augmenté de plus de 15%. Un chiffre alarmant. En cause, deux facteurs : le manque de respect du code de la route par certains cyclistes et l’absence de vigilance des conducteurs. Les cyclistes se déplacent sans faire de bruit et surgissent parfois là où ils ne sont pas attendus. 

Il faut redoubler d’attention aux croisements, à proximité des pistes cyclables ou des voies bus. De plus, il ne faut jamais dépasser un cycliste avant de tourner à droite.

L’angle mort est particulièrement dangereux, il faut penser à bien vérifier tous les rétroviseurs avant de changer de file ou de bifurquer pour s’assurer qu’aucun cycliste ne s’y est engagé. Un réflexe d’autant plus capital pour les conducteurs de fourgon ou de camion. En effet, 40% des cyclistes percutés par un poids-lourd se trouvaient dans l’angle-mort.

Les 2-roues

Ils sont très souvent impliqués dans des accidents et sont concernés  par les mêmes problématiques que les cyclistes. Ils sont particulièrement touchés car les motards ont l’habitude de se faufiler entre les voies lorsque le trafic est dense. L’angle-mort entre là aussi en cause dans la majorité des accidents impliquant des 2-roues.

Ce sont des véhicules plutôt petits et donc peu visibles dans la circulation. Il faut éviter de déboiter brusquement et bien veiller non seulement à vérifier les trois rétroviseurs mais aussi à enclencher le clignotant longtemps à l’avance pour signaler le changement de voie. 

Les autres usagers

En ville, il faut composer avec les piétons, les vélos et les motos. Mais il faut cohabiter aussi avec les autres véhicules que sont les voitures, les bus, les camions et parfois même les trams. Il devient souvent difficile de se faufiler et les occasions de doubler des fourgons de livraisons ou des véhicules à l’arrêt sont nombreuses. Pour limiter les risques d’accrochage, certains réflexes sont bons à adopter :

  • bien contrôler les trois rétroviseurs 
  • vérifier l’angle-mort
  • respecter les distances de sécurité
  • respecter les priorités à droite
  • toujours signaler les déplacements à l’aide du clignotant

Le clignotant n’est pas une option, il est obligatoire. Le non-respect de cette consigne est passible d’une amende de 35 euros et d’un retrait de trois points sur le permis de conduire.
 

Articles en rapport

Articles populaires

Baromètre

Vérifiez-vous l'état de vos pneus avant chaque départ en vacances ?

Je vérifie l'état de mes pneus avant chaque long trajet

Je vérifie de temps en temps l'état de mes pneumatiques avant les vacances

Je ne vérifie jamais l'état de mes pneumatiques avant chaque long trajet