Introduction
La petite marque premium française appartenant à PSA a présenté au Mondial de Paris sa nouvelle DS3. Enfin, nouveau car il s’agit désormais d’un SUV urbain.
DS3 Crossback

Une voiture 100 % nouvelle

Quand on pas les moyens, on a des idées. Cherchant à tout prix à marcher sur les plates-bandes d’Audi, DS ne possède pas la gamme tentaculaire du constructeur allemand. Alors, pour tenter de coller le plus possible aux tendances actuelles du marché, la firme française se lance dans le SUV et laisse de côté la petite citadine chic.

Après un DS7 Crossback, qui s’est écoulé à 18 530 unités dans le monde sur les neufs premiers mois de l’année, c’est au tour du DS3 Crossback de faire son apparition. Si la petite citadine sortante, la DS3, visait clairement l’Audi A1 ou la Mini, le nouveau venu compte batailler avec l’Audi Q2, le petit SUV urbain de la marque aux anneaux. 

L’une des stars du Mondial de Paris méritait, pour une fois, toute la lumière des projecteurs. Car ce DS3 Crossback (4,12 m de long) est un tout nouveau modèle. Comprenez par là qu’il repose sur une plate-forme inédite. Baptisée CMP (Common Modular Plateform) et développée en collaboration avec l’un des partenaires chinois de PSA, Dongfeng, elle permet l’implantation d’équipements derniers-cri comme des écrans paramétrables à l’envie, des aides à la conduite modernes autorisant la conduite semi-autonome (freinage d’urgence automatique jusqu’à 140 km/h) ou encore une boite automatique à huit vitesses.

Sous le capot, on retrouvera un bloc essence trois cylindres turbo dont les puissances s’échelonnent de 100 à 155 ch. Même si ces mécaniques n’ont plus le vent en poupe à cause d’une image fortement ternie, un diesel 1.5 BlueHDi sera proposé en 100 et 130 ch. 

Une version 100 % électrique

Totalement dans l’air du temps, ce DS3 Crossback sera aussi décliné en version 100 % électrique. Un autre avantage que permet cette nouvelle plate-forme qui, par ailleurs, servira dès l’année prochaine à la deuxième génération de Peugeot 208. Disponible au deuxième semestre 2019, ce DS3 Crossback E-Tense (l’appellation retenue par DS pour ses modèles électriques ou hybrides rechargeables) propose un moteur de 100 kW (soit 136 ch) alimenté par une batterie qui promet une autonomie de 300 à 320 km selon le nouveau cycle WLTP (400 à 430 km selon l’ancien cycle NEDC). Surtout, DS promet un temps de recharge de 30 minutes seulement pour retrouver 80 % de la capacité de la batterie. 

Beaucoup de personnalisation

S’immiscer dans le haut de gamme exige de pouvoir proposer à ses clients un vaste programme de personnalisation comme le font Mini ou encore Audi avec les A1 et Q2. Suivant la marche imposée par les constructeurs allemands, DS propose 10 types de jantes différents, 10 teintes de carrosserie et trois couleurs de pavillon. Outre les différentes finitions (Chic, So Chic, Performance Line, Grand Chic, Business et La Première), DS ajoute ce que le constructeur appelle des Inspirations qui reprennent le nom de quartiers connus de la capitale française : Montmartre, Bastille, Opéra ou Rivoli. Pas très simple tout ça. Enfin côté tarifs, DS ose une version de lancement La Première PureTech 155 ch Automatique à 40 500 € !

Mais la gamme démarre à 23 500 €. Des valeurs jamais vues pour une petite voiture française qui laissent penser que DS compte réellement s’installer dans le haut de gamme européen. 
 

Articles en rapport

Articles populaires

Baromètre

Votre voiture est-elle déjà allée à la fourrière ?

Oui, une fois

Oui, plusieurs fois

non, jamais