Introduction
Après les radars automatiques, les radars mobiles, voici le radar drone. Alors, mythe ou réalité ? A-t-il été testé ? Y’a-t-il déjà eu des contraventions ? Euromaster fait le point.
ContrĂ´le radar par drĂ´ne

Radar drone : définition et explications

Pour assurer notre sécurité sur les routes, de nouveaux moyens de contrôle sont en train d’être développés, comme le radar drone. 
Cela fait maintenant plusieurs années que cet appareil est expérimenté. En effet, le drone serait très efficace, bien plus que les radars leurres ou les radars tourelles. Les drones permettraient de filmer et d’enregistrer la circulation sur les routes, pour identifier les conducteurs les plus imprudents, sur une plus grande distance que les radars classiques. L’avantage premier du drone est qu’il permet de pouvoir filmer ce qu’il se passe dans des endroits difficiles d’accès par les forces de l’ordre. 

Il y a déjà 3 ans, l’Etat voulait investir massivement dans ce genre d’innovation, sans jamais préciser la date de mise en service. 

 

Le radar drone a-t-il déjà servi ? Si oui, a-t-il déjà sanctionné des usagers de la route ? 

Ce type de radar a déjà été expérimenté en mai 2019, lors d’une opération de contrôle ciblant les motards, en Essonne, sur l’autoroute A126, autour de Chilly-Mazarin. Cette voie est sujette à beaucoup d’accidents, ce qui explique ce choix pour mener cette opération. 

Le drone est destiné à verbaliser les comportements dangereux que peuvent adopter certains utilisateurs de la route, comme le non-respect des distances de sécurité, les excès de vitesse mais aussi le franchissement des lignes blanches continues. 

Lors de cette opération, 64 infractions ont été relevées, et 34 d’entre elles étaient des franchissements de lignes continues. Cette infraction au Code de la Route est passible de 135 euros d’amende, et d’une perte de 3 points sur le permis de conduire. 

D’autres opérations ont également eu lieu dans le Val d’Oise, la Seine et Marne mais aussi les Hauts de Seine. Il est aussi prévu que ces opérations deviennent beaucoup plus fréquentes, et qu’elles s’étendent sur d’autres endroits du réseau routier français.

 

Le fonctionnement du radar drone

Le radar drone est semblable à celui disponible au grand public, qui l’utilise pour se divertir. C’est un quadricoptère d’un mètre de large environ muni d’une caméra de surveillance, et pouvant voler jusqu’à 40 mètres de hauteur dans les airs.  L’objet est ensuite dirigé par un pilote formé et expérimenté pour le bon maniement de cet appareil. Les images enregistrées sont retransmises à des policiers ou des gendarmes à moto, postés au sol. Dès qu’ils constatent une infraction, ils n’ont plus qu’à intervenir. 

Vous l’aurez donc compris, ce radar drone est un outil qui facilite et améliore le travail des forces de l’ordre.

 

Les limites du radar drone 

Cet engin n’est pas encore capable de constater seul les infractions, ni même de se piloter automatiquement. Il sert simplement de transmetteur entre les gendarmes et ce qu’il se passe sur la route. 
A noter qu’il existe également des limites juridiques, concernant notamment le survol de zones privées.
 

Articles en rapport

Articles populaires

Baromètre

Vérifiez-vous le niveau d'huile moteur régulièrement ?

Oui, pour les longs trajets

Oui, tous les mois

Non, je n'y pense jamais