Introduction
Vous vous apprêtez à faire un long trajet, vous êtes à jour dans la révision de votre véhicule, le plein est fait, les bagages sont en place. Mais est-ce que vos batteries à vous sont bien chargées ? Partir dans de bonnes conditions c’est aussi penser à soi et à sa santé car au volant cela peut avoir de lourdes conséquences.
en-forme-et-en-securite-au-volant

En attendant l’arrivée des voitures autonomes sur le marché, au volant, le seul maître à bord, c’est vous. Partir en forme et reposé est donc capital pour votre sécurité et celle des autres usagers. Et même si vous vous sentez sûrs de vous en toute circonstance, prendre la route en pleine forme, ce n’est pas forcément si évident.

Attention à la fatigue

Lors d’un trajet, la somnolence multiplie le risque d’accident par huit. Il est donc primordial de partir reposé et de ne surtout pas négliger les premiers signes de fatigue, au risque de passer en hypovigilance. Si le trajet se déroule de nuit ou au petit matin, il est prudent d’augmenter les pauses voire de profiter de celles-ci pour faire une courte sieste. Lorsque la fatigue se fait sentir (bâillement, paupière lourde, difficulté à se concentrer...), il devient dangereux d’essayer de lutter, il faut au contraire s’arrêter dès que possible.

Une question de vue et d'ouïe

Au volant, 90% des informations passent par la vue. Pour identifier des obstacles, lire les panneaux, évaluer les distances ou se diriger, la vision joue un rôle essentiel. De nombreuses pathologies affectent les yeux et altèrent la sécurité. Il convient donc, même pour les plus jeunes conducteurs, de faire régulièrement contrôler sa vue.

Il en va de même pour l’audition car elle joue elle aussi un rôle primordial au volant. Certains signes peuvent indiquer une baisse de l’audition, comme des difficultés à entendre les sons aigus, la perception de bourdonnements ou de sifflements, des oreilles bouchées fréquemment ou le besoin d’augmenter le son de l’autoradio pour bien entendre. En cas de doute, mieux vaut consulter pour être pris en charge au plus tôt.

Le danger des médicaments

Qu’il s’agisse de somnifère, d’antidouleur ou même de médicament contre le rhume, la France reste l’un des pays les plus consommateurs en la matière. Et plus d’un tiers des médicaments commercialisés comportent un pictogramme alertant de leur possible dangerosité au volant. Conduire sous l’emprise de médicaments est donc une situation courante.

Depuis 2005, l’information sur les boîtes de médicaments s’est clarifiée, avec trois niveaux de risque. Le plus alarmant reste le troisième niveau, reconnaissable à son fond rouge et au message qui l’accompagne “Attention, danger, ne pas conduire”. Une consigne qui n’est malheureusement pas respectée systématiquement. En cas de somnolence, de difficulté de concentration, de réflexes plus lents ou de vertiges, il convient de s’arrêter de conduire immédiatement.

Avant de prendre un médicament, il faut lire la notice attentivement et surtout respecter les indications liées aux pictogrammes. Enfin, les médecins et pharmaciens peuvent fournir des renseignements fiables sur les effets secondaires et les traitements à bannir au volant.

Derniers conseils avant de prendre la route

Pour partir sur la route dans les meilleures dispositions, certaines astuces sont bonnes à suivre.

  • La première chose à faire, c’est de s’installer confortablement  derrière le volant, pour éviter le mal de dos.

  • Bien vérifier l’itinéraire ou s’aider d’un GPS permet aussi un trajet plus serein, tout comme le fait de ne pas se fixer d’heure d’arrivée pour éviter tout stress lié aux aléas de la circulation.

  • En cours de route, mieux vaut éviter de trop chauffer l’habitacle, ce qui favoriserait la somnolence. Au contraire, il convient d’aérer régulièrement pour rafraîchir l’air présent dans le véhicule.

  • Conduire vite augmente les risques de fatigue, obligeant le cerveau à traiter les informations plus rapidement et la vision à s’adapter constamment. Réduire la vitesse permet donc une conduite moins épuisante et plus sûre.

  • Enfin, même en étant en forme, toutes les deux heures il faut faire une pause d’au moins quinze minutes pour prendre l’air et se détendre.

Articles en rapport

Articles populaires

Baromètre

Votre voiture est-elle déjà allée à la fourrière ?

Oui, une fois

Oui, plusieurs fois

non, jamais